Mon oeuvre choisie au musée Léon Dierx

Mon oeuvre choisie au musée Léon Dierx

CIMG4811

artiste: Mary Sibande

Oeuvre: "I'm a lady", 2009, impression numérique

J'aime cette œuvre car je trouve que la femme a l'air endormi, paisible, rêveuse, un léger sourire aux lèvres, s'envolant grâce à son ombrelle translucide, sans poids avec sa robe de tulle bleu qui s'étend à l'infini.

Elle a les yeux fermés car elle rêve d'être quelqu'un d'autre, une dame.

En Afrique du Sud toutes les femmes de sa famille étaient femme de ménage à cause de l'Apartheid. Elles portaient l'uniforme bleu ; on retrouve cette couleur bleue dans la création de ses robes, puis le violet signe de protestation contre le racisme,  symbole de la lutte des noirs dans ce pays.

Mary est la première de sa famille à pouvoir faire les études qu'elle souhaite ; d'abord couturière, puis artiste.

                                                                                                                                         Carmen, élève de quatrième.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

vue d'ensemble de l'installation de Mary Sibande, exposition au musée Léon Dierx, octobre 2014

vue d'ensemble de l'installation de Mary Sibande, exposition au musée Léon Dierx, octobre 2014

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

vue rapprochée de l'installation de Mary Sibande, personnage de Sophie, exposition musée Léon Dierx, octobre 2014

vue rapprochée de l'installation de Mary Sibande, personnage de Sophie, exposition musée Léon Dierx, octobre 2014

Oeuvre: "A reserved retrogress scene 1", 2013, mannequin grandeur nature, bande de pollyester, coton, fibre de verre, résine.

J'aime cette œuvre car elle dégage une impression de fantaisie et que ses interprétations sont multiples.

En effet, si on peut voir les deux danseuses comme les facettes de l'âme, les étranges "tentacules" laissent libre choix à l'interprétation. Ces éléments pris dans leur ensemble ressemblent à une forêt enchantée et impénétrable, alors que prise une par une, elles ressemblent à des esprits ou des embryons. Ces  deux danseuses dansent ( l'une d'elle porte la robe bleue des servantes lors de l'Apartheid, l'autre robe est violette, couleur des manifestants pour la liberté) et l'une d'elle semble faire corps avec la nature.  En effet l’œuvre pourrait être une fille "dansant" avec la nature, isolée du monde par ces "branchages".

Cette réalisation  est empreinte de solitude et de fantaisie ainsi qu'une invitation à la liberté. C'est pour cela que j'apprécie profondément cette œuvre.

 

                                               François, classe de quatrième

 

"Symphonie silencieuse"

"Symphonie silencieuse"

 Oeuvre: "Symphonie silencieuse"

Le titre correspond à l'idée d'être une chef d'orchestre avec un pupitre devant elle mais tout est calme, il n'y a pas de mouvement, ses yeux fermés semblent arrêter le temps. De loin on dirait une baleine grâce à la forme de sa robe et à sa couleur, c'est ce que j'aime. Lorsqu'on s'approche, on se rend compte que c'est un chef d'orchestre dont la robe bleue et orange à l'intérieur est accrochée au mur en forme de queue ; le fait de grossir la robe au niveau de la personne permet de faire penser à la tête de la baleine. Le bout de la robe laisse paraitre des portées de musique qui mettent en valeur la titre.

                                                 Louise, classe de cinquième.

Les commentaires sont fermés.